Comment survivre à un road trip d’une semaine en Islande – Partie 5

Ok, Vu.

On arrive enfin au bout de ce périple et de ces articles. Toujours pas blasés par cet incroyable pays, nous reprenons la route pour notre dernière journée de road trip qui sera longue et fatigante.

Jour 6 : Tourista (pas celle-là)

De Grundarfjörður à Hveragerði via le Cercle d’Or : 427 km

Le soleil ne s’est pas couché ni levé une fois de plus, mais nous sommes maintenant bien habitués à dormir avec cette lumière. Le petit déjeuner rapidement avalé nous reprenons la route pour finir le tour de l’île. Le ciel est fou encore une fois et la différence de temps entre le sud et le nord de l’île est bluffante. Nous n’avions presque pas vu le ciel bleu dans le sud alors que le nord nous a offert une météo incroyable.

À la sortie du village, nous tombons par hasard sur le mont Kirkjufell (en photo au dessus) que l’on retrouve sur toutes les images typiques d’Islande. Coup de chance, car nous ne savions pas qu’il était par ici ! Nous continuons la boucle jusqu’a l’extrémité ouest de l’ile, totalement désertique.

Un phare au bout du monde. Apparement cet endroit a inspiré Jules Vernes pour son livre Voyage au Centre de la Terre.
Un phare au bout du monde. Apparemment cet endroit a inspiré Jules Vernes pour son livre Voyage au Centre de la Terre.

La route est longue et… chiante. C’est la première fois qu’on s’embête et nous ne voulons pas rentrer ! Pour couronner le tout nous nous plantons de route et nous retrouvons à faire 2h de piste de gravier au milieu de nulle part avec des 4×4 qui passent à 2cm de nous à fond la caisse. Un peu flippant, car même les téléphones ne captaient plus, mais c’est l’aventure !

Au milieu de : rien

Nous arrivons enfin au premier « spot » de la journée, le fameux geyser de Geysir. Aussitôt arrivés, la déception est grande, car nous avons vite eu l’impression d’être à touriste-land avec les mêmes cohues qu’à Rome ou Paris. Le site en lui-même est cool, mais franchement sans plus, tout est balisé, des panneaux partout, la boutique souvenir… Vous voyez le genre.

Impossible de faire une photo sans touriste

On continue jusqu’aux chutes de Gullfoss, qui souffrent encore une fois du même problème que Geysir, mais le site incroyable rattrape tout ça. On en prend plein la gueule !

Gullfoss

Avant de terminer, nous tombons par hasard sur le lac de cratère de Kerið. L’accès au site coûte environ 3 euros, mais vaut le coup, car la vue est assez magnifique de là haut.

Kerið, prononcez Kerid (je crois)

Cette journée aura été éprouvante (à cause de la route) et assez décevante (à cause des touristes), nous finissons au camping de Hveragerði. On finit les restes, on mange n’importe quoi, c’est rigolo.

Jour 7 : Grande église, petite ville

De Hveragerði à Keflavík via Reykjavik : 185 km

L’église de Hallgrímskirkja

Pour la dernière journée en Islande nous ramenons notre mini camping-car à l’aéroport pour récupérer une voiture afin de visiter Reykjavik, la toute petite capitale de l’Islande. Avec 121000 habitants, la ville est vite visitée, mais certains endroits valent le coup d’œil à commencer par sa fameuse église en béton de Hallgrímskirkja.

Avec ses 73 mètres, l’église est assez impressionnante.

Vous pourrez aussi visiter Harpa, une salle de concert avec une superbe architecture et enfin vous balader dans les rues marchandes avec plein de boutiques sympas. Nous sommes aussi allés au Laundromat Cafe où l’on trouve comme son nom l’indique des machines à laver au sous-sol pour laver son linge pendant que l’on mange son burger. Des prix dans la norme islandaise (chers), mais la déco avec des vieilles cartes d’écoles est cool.

Les fenêtres de couleur de Harpa sont superbes.
Les fenêtres de couleur de Harpa sont superbes.

Nous dormons le soir dans un hôtel sans charme près de l’aéroport, car notre vol est tôt le lendemain.

C’est les cartes mémoires et les souvenirs bien remplis que nous rentrons en France. Aucune frustration, mais l’envie de revenir visiter encore et encore ce pays formidable et unique.

On aime : Les paysages, l’aventure dans notre petit campingcar, les piscines (chaudes !) et les campings partout et pas chers.

On aime pas : Les restaurants pas bons et hors de prix, les supermarché (Bonus) qui vendent du Lidl au prix de Monop, le cercle d’or.

Voici un lien vers la carte de notre périple si ça vous intéresse, avec les campings et quelques lieux visités. Il manque forcement des choses, car c’est aussi c’est le plaisir de visiter l’Islande, la découverte !

2 pensées sur “Comment survivre à un road trip d’une semaine en Islande – Partie 5”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *