Comment survivre à un road trip d’une semaine en Islande – Partie 3

Paysages lunaires sur fond d’œuf pourri

Voici la suite du road trip islandais et si vous les avez loupés, c’est par ici pour la première partie et par là pour la seconde.

Jour 3 : Comme une odeur de prout ?

De Djúpivogur à Húsavík via Mývatn : 375 km

Après une bonne nuit bien calme et paisible bien qu’un peu fraîche et humide (le camion n’est pas super bien isolé, mais les duvets sont chauds) nous reprenons la route en direction du nord et arrivons aux premières portions non goudronnées de la route. Beaucoup plus simple que nous l’imaginions, la vitesse étant limité à 70km/h tout se passe bien jusqu’au moment où nous commençons à grimper dans les montagnes; rien de méchant, mais il faut être un peu plus vigilant !

On croise plein d'animaux en liberté comme des moutons ou des chevaux islandais.
On croise plein d’animaux (d’élevage) en liberté comme des moutons ou des chevaux islandais portant des perruques.

Comme nous sommes dans le nord de l’île, le ciel commence à se dégager et les paysages deviennent de plus en plus fous. Beaucoup moins verts, beaucoup plus lunaires.

Même à l'iphone les photos sont folles.
Même à l’iPhone les photos sont folles.

De retour sur une route rectiligne et goudronnée, nous arrivons à la première « attraction » de la journée et pas des moindres, olfactivement parlant. Hverarönd est un ensemble de mares de boue en ébullition et de solfatares, des sortes de cheminées rejetant du soufre sous pression dans l’air.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, ça sent le pet, le vieux prout,
l’œuf pourri, l’odeur se colle dans votre nez et vos habits pour toujours ! Mais l’endroit est tellement fou qu’il est un des trucs indispensables à voir en Islande.

Regardez moi ces couleurs ! 😭
Regardez-moi ces couleurs ! 😭 Autant coloré que ça pue !

Quelques kilomètres plus loin se trouve la zone géothermique de Mývatn et ses sources d’eau chaude. Le bleu de l’eau est tout simplement incroyable et cette vapeur… on est plus sur terre !

Homme heureux dans nuage de prout
Ce monsieur est heureux dans cette fumée de prout.

Pas mal de touristes par ici, mais ça reste relatif, on est en Islande. Après quelques clic clac Kodak, nous partons en direction du volcan endormi de Hverfjall. Il est apparu il y a 2500 ans à peine ! Quand on voit la taille du truc, on imagine le chaos.

Après quelques minutes de marche abrupte nous atteignons sommet du bordel. On ne se rend pas forcément compte en photo, mais le bousin fait 1,2 km de diamètre ! La vue est tout simplement incroyable de là haut. Ça valait le coup de mourir en montant. Pour l’anecdote, la NASA est venue s’entraîner ici dans les années 1960 pour les missions Apollo, car le sol de cendre ressemble à la lune.

Avant de vous raconter la suite, je dois vous parler d’un énorme problème de Mývatn: les moucherons. À cause du lac l’endroit est truffé de ces putains de bestioles et elles raffolent… de nos larmes et du cérumen de nos oreilles. Bon appétit ! Je ne vous ai jamais dit que l’Islande était un pays accueillant et que ça serait le paradis ! Vous pouvez y aller en total YOLO comme nous et secouer vos mains et passer pour des cons où vous acheter une moustiquaire pour votre visage et passer pour des cons. Nous avions prévu de dormir à Mývatn, mais ces saloperies nous ont fait changer d’avis.

Histoire de « nous imprégner » un peu plus de l’atmosphère, nous allons nous baigner aux bains de Mývatn, mieux que le fameux Blue Lagoon, car moins blindés de touristes. C’était le cas ! La sensation de l’eau riche en sels minéraux et en algues bleues est très agréable et on sort tout doux de ce paisible bain et les cheveux ruinés. Si vous pouvez choisir, préférez ces bains aux Blue Lagoon, moins chers et mieux.

Se baigner dans cette eau bleue : 28€. Pour le reste il y a MasterCard.
Se baigner dans cette eau bleue : 28€. Pour le reste il y a MasterCard.

Bien détendu et full hydraté nous reprenons la route vers le nord en direction de Húsavík, une ville de pécheurs où l’on peut espérer voir des baleines en prenant un bateau.

Le trop mignon petit port de Húsavík.
Le trop mignon petit port de Húsavík.

Nous profitons, cette fois, vraiment du soleil de minuit. C’est assez impressionant de voir le soleil raser l’horizon alors qu’il est minuit passé. Le camping de Húsavík est sympa, plutôt grand et à seulement 5 minutes à pied du centre/port. Masques sur la tête, direction le monde du dodo car demain nous allons essayer de voir des baleines !

1 pensée sur “Comment survivre à un road trip d’une semaine en Islande – Partie 3”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *